Articles

Affichage des articles du mai 23, 2009

Profil bas dans les loges de Roland Garros

Image
Pas d'hémorragie de sponsors à Roland Garros, mais des dispositifs de relations publiques à l'économie, ou moins ostentatoires. La morosité économique n'autorise plus la gabegie de petits fours et de champagne.

L'ombre de la crise se projettera sur la terre battue de Roland Garros, le tournoi de tennis du Grand Chelem qui débute dimanche porte d'Auteuil, à Paris. Non pas que le « credit crunch » et ses conséquences aient bouleversé le modèle économique de l'événement organisé par la Fédération française de tennis (FFT). « Notre chiffre d'affaires sera de 120 millions d'euros environ, soit égal à celui de l'année passée. Nos partenaires sont fidèles et nous atteindrons sans difficulté nos objectifs de billetterie, à savoir 450.000 spectateurs sur la quinzaine », affirme Gilbert Ysern, le tout nouveau directeur général de la FFT.
Il faut dire que les sponsors (BNP Paribas, Adidas, Afflelou, Lagardère, Lacoste ou bien encore Peugeot) sont liés par des co…